Il parle d’elle

AlineAline est née le 22 juillet 1986 à Martigny. Après quelques mois passés à Etiez, Aline déménage à Vollèges, en 1988. C’est dans ce village, charmant, bien que situé hors du Val de Bagnes, qu’Aline grandit.

Disons-le tout de suite : Aline est née dans le mauvais pays. Elle l’admet volontiers : elle préfère amplement la mer et les plages à la montagne. Du coup, elle pratique plus facilement le snorkling ou la plongée que le ski ou la randonnée. Pour moi, c’est plutôt l’inverse, mais, sans elle, je n’aurais peut-être jamais découvert des endroits magnifiques tels que les Maldives ou les Caraïbes (Mexique).

Mais revenons à son parcours estudiantin, plein de surprises. De 2001 à 2004, Aline étudie à l’Ecole Degré Diplôme, à Martigny, puis décide de changer d’orientation et de faire une maturité spécialisée socio-pédagogique au gymnase de Chamblandes, à Pully, dans le but de pouvoir faire ensuite la Haute Ecole Pédagogique et enseigner à l’école primaire – et, accessoirement, pour se rapprocher de Lausanne, où j’habite ! Durant cette année, Aline apprend tout sur les canards et autres oiseaux aquatiques du Lac Léman, doit me supporter comme coach pour passer un examen de course à pied et, surtout, découvre l’existence de la PrEP, une école de préparation aux examens d’entrée à l’Université de Lausanne, dans laquelle elle passe une année. En 2006, elle entre à l’UNIL, en allemand et histoire. Elle obtient son bachelor en 2009, puis débute son master, toujours dans les mêmes branches. En 2012, elle devrait débuter la Haute Ecole Pédagogique, pour pouvoir enseigner dans le secondaire, cette fois-ci.

On le voit tout de suite : Aline n’a pas cherché la facilité. Ou alors, elle apprécie particulièrement les canards, mais je penche plutôt pour le fait que c’est une personne persévérante et déterminée. Mais ne vous y trompez pas : derrière ce caractère décidé, celui de quelqu’un qui a fait douze ans de karaté (ne la provoquez pas !), se cache également une personne sensible, pleine d’humour et un peu folle, parfois.

Aline aime donc étudier (?), mais elle aime aussi enseigner. C’est à ce métier qu’elle se destine. Cours privés, deux ans d’enseignement à l’école secondaire de Chavannes-près-Renens, etc., elle n’a toutefois pas attendu d’avoir tous ses diplômes pour passer à la pratique !

Aline aime aussi les langues. L’espagnol, ce qui m’a sauvé la mise plusieurs fois au Mexique, mais aussi l’allemand. Après un séjour de trois mois à Münster en 2005, Aline est partie dix mois à Berlin entre 2008 et 2009. Il s’agit de notre plus longue “séparation” à ce jour, mais je précise que je suis allé lui rendre visite onze fois sur place ! Inutile de vous dire qu’Aline est devenue une spécialiste de Berlin.

Un sujet sur lequel Aline est aussi intarissable : la cuisine. Elle apprécie la bonne nourriture, mais aime tout particulièrement cuisiner. Quitte à passer pour un homme d’un autre siècle, je dois admettre que c’est aussi quelque chose que j’apprécie chez elle. Après tout, je suis le “spécialiste” de l’aspirateur et de la poussière, donc je peux aussi être un peu plus macho de temps à autres…

Enfin, Aline apprécie les facteurs. Son oncle, bien entendu, mais aussi le nôtre, à Chavannes, surtout lorsqu’il lui apporte des colis Esprit. Aline a en effet un petit faible pour les habits, les bottes, les sacs et tout ce qui peut prendre de la place dans notre petit appartement.

Mais je ne peux pas lui en tenir rigueur. Pour toutes les raisons citées plus haut et bien d’autres encore, Aline est la femme que j’aime depuis toutes ces années et avec qui je suis bien décidé à continuer l’aventure.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.